Courge soupière

Un soupe qui allie spectacle et plaisir d’une soupe/repas pour peu qu’on l’accompagne d’une bonne tranche de jambon de pays.

D’une courge, sans scrupule, forcez l’intimité
Ses graines arrachez à son ventre doré
De fromage, pain sec, ail émincé et crème emplissez la vacuité
Comme un poupon dans du sulfurisé l’envelopperez
Et pour quatre heures sans pitié l’enfournerez
À cent quatre vingt degrés
Puis sans excès la pulpe cuite raclerez
Pour au jus de cuisson la mélanger
En usant comme d’une soupière la dépouille
De la pauvre citrouille

Courge soupière

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.