Gratin de pommes de terre aux champignons

Un plat unique pour les soirs qui fraichissent, nourrissant mais léger, uniquement du végétal, pas d’alcool, très agréable pour les premiers jours de l’automne qui, chez nous, n’en finit pas d’être l’été mais qui nous rappelle en soirée qu’il est bien là.

Gratin végétalien pommes de terre et champigons

  • quatre ou cinq pommes de terre selon leur taille
  • un gros oignons
  • un demi-litre de bouillon de légume
  • 80 g de « fromage » végétalien
  • trois champignons de Paris, si possible ceux qui ont un joli chapeau brun
  • une gousse d’ail, sel, poivre, muscade, huile d’olive

Émincer finement l’oignon et le faire dorer dans une casserole dans un peu d’huile d’olive puis mouiller avec le bouillon, ajouter les champignons émincés, mener à ébullition et laisser cuire à feu doux pendant cinq minutes. Pour le bouillon l’idéal est qu’il soit maison, bien sûr, mais un soir de flemme il est possible d’utiliser un cube bio, à condition qu’il n’utilise ni levure, ni huile de palme et que les légumes ayant servi à son élaboration aient été traités dignement. On peut aussi se contenter du bouillon produit par l’oignon bien rissolé auquel on ajoutera, dans ce cas, un brin de thym ou de romarin.

Préchauffer le four à 175/180°.

Pendant que ça cuit éplucher, laver et couper les pommes de terre en tranches fines, les réserver. Éplucher et écraser du plat de la lame d’un couteau la gousse d’ail à frotter longuement sur les parois d’un plat à gratin carré d’environ 25 cm de côté. Laisser le reste tout écrabouillé de la gousse au fond du plat (et voilà pour le traitement digne des légumes…).

Au bout des cinq minutes ajouter le fromage découpé en dés dans le bouillon frémissant et lui laisser le temps de fondre.

Répartir de manière bordélique les tranches de pommes de terre dans le plat (j’ai horreur des gratin bien rangés) en salant, poivrant et muscadant selon le goût, couvrir avec la sauce, bien faire pénétrer en tapotant les bords du plat et enfourner pour une heure et demi.

Voilà.

Un de ces jours j’essayerai ça avec des cèpes secs qui nous restent d’un voyage en Italie…

[print-me]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.