Boulettes de poulet

Des p’tites boulettes bien agréables, légères parce que cuites au four sans friture, à croquer sur la terrasse au soleil, recette inspirée par un bouquin très sympa qu’Anne a dégotté à la médiathèque Les recettes du camion à boulettes de Jez Felwick.

Boulettes de poulet au carvi

  • 350 g de blanc de poulet bio
  • un oignon moyen
  • trois gousses d’ail
  • une tranche de pain like a soda bread rassie
  • quatre cuillère à café de graines de carvi
  • un bouquet de persil et de coriandre haché
  • un œuf (de poule heureuse, à la sexualité épanouie)
  • lait de soja, huile, sel, poivre

Mettre la tranche de pain (enlever la croute) à tremper dans du lait de soja, pas trop, il vaut mieux compléter que d’avoir du pain trop mouillé.

Passer les graines de carvi dans une poêle chaude, à sec, pour les faire dorer et les mettre à refroidir dans un mortier, ne les broyer que lorsqu’elles auront bien refroidi.

Émincer très finement l’oignon, le mettre à suer dans un peu d’huile à feu très doux dans la poêle utilisée pour le carvi, il ne doit pas dorer, simplement devenir translucide.

Émincer très finement l’ail, hacher le poulet, bien écraser le pain à la fourchette, mélanger intimement tous les ingrédients, goûter, ajuster le sel.

Préchauffer le four à 220°, mettre une feuille de papier sulfurisé dans un plat à four, préparer un bol d’eau, se mouiller les mains entre chaque façonnage de boulette, il y a de quoi en faire une douzaine de cinq centimètres de diamètre avec les quantités indiquées. Enfourner pour une vingtaine de minutes en retournant les boulettes à mi-cuisson.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire la cuisson au four ne dessèche pas les boulettes, elles sont très moelleuses, c’est un délice.

[print-me]

3 réponses

  1. Trouvé dans « L’art de la cuisine » de Toulouse-Lautrec et Maurice Joyant, la recette suivante:
    « Poulets à devenir tendres:
    Afin de rendre immédiatement des poulets mangeables, sortez-les du poulailler, poursuivez-les en rase campagne et après les avoir fait courir, abattez-les à coup de fusil chargé de petits plombs.
    La chair du poulet, saisi de peur, devient tendre. Cette méthode pahouine paraît infaillible même pour le poules les plus vieilles et coriaces. »
    « Scandaleux, inadmissible » dit Joëlle, ma tendre poulette…
    Elle a raison: vivre sa vie de poule chez l’Ours, c’est plus cool…

    1. Non seulement scandaleux et inadmissible mais tout à fait faux, il est bien connu qu’un animal stressé et tendu par la peur et l’effort de la course est bourré de toxine et totalement impropre à une saine consommation, paradoxalement il faut aimer, respecter et choyer les animaux que nous destinons à la casserole.

      J’en profite pour caler cette merveilleuse citation d’Oscar Wilde à propos des nobles et de la chasse à courre :

      « C’est l’innommable qui court après l’immangeable. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.