Veau, coing, carottes…

Parfois quand le produit est d’excellente qualité on peut se permettre de ramener la cuisine à sa fonction première :  faire cuire les aliments.

C’est le cas de ce veau qui vient de chez mon copain Serge – boucher à Viols le Fort – et de ces légumes délicieux et surprenants qui viennent du Jardin de Seb qui cultive à Aniane. Surprenantes carottes, à la chair jaune plus dense que celle des carottes oranges, habituelles dans nos paniers. À ce veau et ces carottes, j’ai ajouté un coing, trois pommes de terre et un bel oignon, c’est tout.Veau, coing, carottes

Avec un peu d’huile d’olive j’ai fait blondir/légèrement caraméliser l’oignon émincé dans mon plat à tajine fétiche, sur ce lit odorant j’ai couché langoureusement la viande coupée en petits cubes, salé et poivré légèrement cette première couche et j’ai posé une deuxième couche carottes/pommes de terre pour finir en déposant le coing découpé en huit en rosace ; et, de nouveau, un tour de sel et de moulin à poivre.

Pas d’autre assaisonnement, pas d’épice, pas d’herbe; le goût initial du produit à peine exalté par le sel et rehaussé par le poivre.

Enfourné pour 2 minutes à 180° puis 1 heure 40 à 110°.

Simple, délicieux.

[print-me]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.